TEMPLE OU SANCTUAIRE ?

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL religion  
religions au japon  
superstition  
grands sanctuaires  
grands temples  
visiter temple & sanctuaire  
  différencier temples et sanctuaires  
  AUTELS  
  amulette  
  o-bon  
  bon odori  
  SHICHIFUKUJIN  
  FUKUSUKE  
  KOFUN  
  CHEVAL & CROYANCES  
  OFUDA  
  ONI  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE & DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     
   Liens promotionnels
 

 

 
   

 

 

 

 

 

 

                 Un grand nombre de sites historiques, musées, expositions et festivals se trouvent dans les temples et les sanctuaires. Un effort particulier est consacré à la conservation de ces lieux spirituels et historiques. Ce sont aussi des lieux de vie où se manifeste par excellence nombre de traditions japonaises.

Comment distinguer un temple d'un sanctuaire? Comprendre les éléments composants ces lieux si importants que sont les temples et les sanctuaires. C'est ce que ClickJapan vous propose ici.

Santuaire (jinja).

Il existe environ 7 grands types de sanctuaires.

Les sanctuaires impériaux. Ils ont quasiment tous été désignés par le gouvernement japonais pendant la période Meiji (1868 - 1912). Ils sont gérés par l'administration. Ils sont souvent frappés de chrysanthème symbole de la famille impériale et portent le plus souvent le nom de "jingû" plutôt que celui de "jinja". D'important sanctuaires rentrent dans cette catégorie. On distingue ainsi les les sanctuaires d'Ise (Ise), Meiji (Tokyo - Photo de droite) ou Heian (Tokyo).

Sanctuaires Hachiman. Ces sanctuaires sont dédiés au kami (esprit) de la guerre nommé Hachiman. On en dénombre plusieurs milliers au Japon. Le sanctuaire le plus connu de cette catégorie est le Tsurugaoka Hachiman-gû de kamakura fondé par Minamoto Yoriyoshi en 1063.

Sanctuaires Inari. On en dénombre environ 10 000 au japon. Ces sanctuaires sont dédiés au kami (esprit) du riz nommé Inari. On les reconnaît par la présence à l'entrée du sanctuaire de statues de renards qui sont les messagers du kami. L'un des sanctuaires les plus connus est le sanctuaire Fushimi Inari jinja (Fushimi).

Sanctuaires Sengen. Ces sanctuaires sont consacrés à la princesse Konohanasakuya déesse du mont Fuji. Il en existe environ mille au travers le Japon.

Sanctuaires Tenjin. Ces sanctuaires sont dédiés à l'érudit et politicien Sugawara Michizane. Ces sanctuaires sont populaires auprès des étudiants. On en compte plusieurs centaines. Ils sont reconnaissables par la présence de pruniers (arbres préférés de Sugawara Michizane) et de statues de bœufs. Le sanctuaire Tenjin le plus connu est le Dazaifu Tenmangu de Fukuoka avec ses 6 000 pruniers.

Sanctuaire local. Il existe des milliers de sanctuaires voués à des kami (esprit) locaux.

Sanctuaire des Tokugawa, Maeda Toshiie... Ces sanctuaires sont dédiés à une famille ou chef de clan important. Il ne rentre dans aucunes des catégories précédentes. On peut citer la douzaine de sanctuaires Tôshô-gû dédiés à Tokugawa Ieyasu dont le plus célèbre et le sanctuaire Tôshô-gû de Nikko. C'est aussi le cas sanctuaire Oyama de Kanazawa construit pour Maeda Toshiie.

Torii.

Vous ne pouvez vous tromper. Vous êtes dans un sanctuaire Shintô. Le Torii marque l'entrée du sanctuaire. En franchissant cette porte vous entrez dans l'enceinte d'un lieu saint. Le plus souvent en bois recouvert d'une superbe couleur rouge vermillon, il est aussi possible d'en voir en pierre ou en bronze. La modernité frappant partout on en trouve aussi en ciment. La taille des Torii n'est pas fixe. On distingue traditionnellement 5 types de Torii différents bien qu'il existe de nombreuses variantes.

(i) Torii Miya: composé de 4 piliers. (ii) Torii Mihashira: les 3 piliers composant le torii sont réunis par 3 poutres au sommet. (iii) Torii ryobu qui se distingue par le nombre de pilier du Torii Myojin. (iv) Torii Myojin composé de 2 piliers légèrement penchés vers le centre unis au sommet par deux poutres situées l'une au dessus de l'autre. La première nommée "kasagi" taillée légèrement en oblique sur les côtés. La seconde poutre portant le nom de "nuki" traverse les piliers. Les deux poutres sont unies en leur milieu par une pièce nommée "Shimaki". La photo ci-dessus est un excellent exemple de Torii Myojin au sanctuaire de Hakone. (v) Torii shimmei: composé de 2 piliers réunis par un "kasagi" et un "nuki". Ce type de torii se distingue du Torii Myojin en ce que les piliers sont directement enfoncés dans le sol sans base.

Honden et heiden.

Le Honden ou honsha est le bâtiment principal du sanctuaire. C'est à l'intérieur de celui-ci que l'esprit (kami) réside. C'est là que les objet sacrés sont entreposés. C'est à l'intérieur de celui-ci ou juste à son perron que les fidèles viennent prier. Il est possible de trouver à proximité de ce hall des petites bâtisses secondaires nommées "heiden" ou "massha" dédiés aux "kami" secondaires. Ces lieux généralement séparés du Honden sont des lieux de recueillement ou d'offrandes.

Fontaine.

Située non loin de l'entrée sur le chemin menant au hall principal "honden", elle pourvoit à chaque visiteur l'eau nécessaire à sa purification. Vous devez ainsi normalement vous laver les mains et la bouche. Pour connaître les règles et usages dans les temples, cliquer ici. Elle devrait devoir retenir votre attention dans la mesure ou elles sont la plupart du temps très travaillées et qu'aucune ne se ressemble.

Shimenawa.

C'est une corde de paille de riz tressée et torsadée de gauche à droite que l'on tend autour d'un rocher ou d'un arbre pour indiquer que vous vous situez dans un lieu sacré.

Omikuji.

C'est une pratique destinée à prédire le futur. Moyennant une petite obole, vous vous saisissez d'un cylindre contenant des petites baguettes de bois. Après avoir secoué le cylindre pour en mélanger les baguettes, vous faite sortir de ce dernier une baguette portant un numéro. Chaque numéro renvoie à un petit tiroir dans lequel se trouve une feuille de papier sur laquelle figure votre futur. Il est possible que ces papiers ne soient pas en libre accès dans ce cas vous devrez demander l'assistance du personnel sur place. Un prêtre peut aussi directement vous donner son interprétation mais cela reste rare. Le papier que vous avez entre les mains possède différents niveau de chance, le plus favorable étant "daikichi" le plus bas étant "daikyô". Pour conjurer le sort si celui-ci est mauvais vous devez alors nouer le papier autour d'un fil ou d'un arbre situé à proximité (voir photo).

Ema.

Ce sont des petites tablettes votives en bois sur lesquelles est peint un cheval mais aussi tout autre objet cela dépendra du voeu a exaucer ou qui a été exaucé. Le cheval étant sensé apporter aux esprits les messages des hommes. Au verso de ces Ema les fidèles écrivent un message destinés aux esprits. Certains sanctuaires recevant un grand nombre d'Ema les entreposent dans un hall spécialement dédié à cela, ce bâtiment se nomme "Ema-sho". Le plus souvent l'Ema est de petite taille. La taille n'est cependant pas réglementaire et il est possible d'en trouver certains de grande taille et avec de superbe calligraphie ou peinture. La photo de gauche présente les Ema déposés par les fidèles au temple Meiji de Tokyo.

Komainu ou Karashishi

A l'entrée des sanctuaires se trouvent de part et d'autre de l'entrée 2 statues. Ce sont les gardiens des sanctuaires sensés repousser les mauvais esprits. Ces statues sont soient des représentations de lions soient des représentations de renards. Les représentations de renards sont spécifiques aux sanctuaires shintô Inari jinja, dédiés à Uka-no-Mitama-no-kami, le kami protecteur des moissons et de la fortune.

L'une des statues à la bouche fermée. Elle est alors nommée "Komainu", elle symbolise la puissance retenue. L'autre à la bouche ouverte. Elle est nommé "Karashishi" et symbolise la puissance exprimée. Ces statues tiennent sous l'une de leur pattes une sphère lorsque c'est un lion qui est représenté ou serre un texte sacré entre ses dents lorsque le statue représente un renard.

Temples.

Porte. La porte, souvent imposante, marque l'entrée du temple. Il est possible que le temple possède une porte principale et plusieurs portes secondaires.

 

Le hall principal. Il est appelé indifféremment kondô, hondô, butsuden, ou encore amida-dô lorsqu'il est dédié à « Amida-nyorai » (Amitâbha) ou hattô dans les temples des sectes Zenshû. C'est dans cette pièce qu'est placée l'image de la divinité vénérée (kondo) ou la statue du bouddha (butsuden). Ci-contre le Tôdai-ji de Nara.

Hall de lecture (kodo). Comme son nom l'indique c'est le lieu dans lequel vous pouvez assister à une lecture par un moine (l'équivalent du sermon). C'est aussi dans cette salle que se tiennent les réunions entre religieux. Elle peut aussi servir de salle d'exposition (exposition d'objet sacrés ou religieux).

Pagode. Cette structure en bois provient des stupa indiennes. Elle est de trois (sanju no to) à cinq (goju no to) étages. Elle conserve une relique de bouddha qui n'est souvent qu'une représentation. Les pagodes ne se visitent pas. Il existe différents types de pagodes ainsi les Tahô-tô sont des pagodes beaucoup plus proche de la stupa indienne. Elles possèdent une base ronde recouverte d'un ou deux toits de forme carrée. Ce type de pagode est utilisée par les sectes bouddhistes shingon et Tendai. Elles renferment une statue de Tahô-Nyorai et de Shaka-Nyorai.

Cloche. Présente dans tous les temples bouddhiste, elles résonnent tous les matins et tous les soirs. Elles sonnent tous les ans pour la nouvelle année. 108 coups retentissent afin d'effacer les 108 tourments de l'homme (l’avidité, la colère, l’ignorance...).

Ni-o ou A-Un. Les Niô sont les gardiens des temples bouddhiques. Prenant l'apparence de guerriers, ils ont une physionomie effrayante afin de repousser les esprits du mal. L'un à la bouche fermée "un" tandis que l'autre à la bouche ouverte "A".

Cimetière. La plupart des cimetières japonais se situent dans l'enceinte des temples. Ils sont visités régulièrement par les familles japonaises notamment lors de la semaine de l'O-bon (fête des morts). L'O-bon est célébré entre le 13éme et 15éme jour du septième mois de l'année (juillet) selon le calendrier solaire. Certaines régions continuent cependant à utiliser le calendrier lunaire et célèbre donc l'O-bon mi-août.

                                                                                                                                                                                                         ©