CHÂTEAU/SHIMABARA

 
 

Shimabara.

                              Comment s'y rendre ?

 

Shimabara (préfecture de Nagasaki) est situé au pied du mont Unzen. Accessible par train : ligne de train Nagasaki JR depuis Nagasaki. S’arrêter à Isahaya et prendre la ligne Shimabara tetsudô et descendre à la gare de Shimabara. Le centre d’information touristique se trouve dans la gare.

 

Shimabara-jō (島原城) connu aussi sous les noms Korai-jō (高来城), et Moritake-Jô (森岳城): Le château, avec son donjon de 5 étages de 33 mètres de haut, fut construit en 1624. Ce donjon était connecté à 2 autres donjons de 3 étages. Un mur d'enceinte de 3,9 km de long agrémenté de 16 tourelles défensives (yagura) fortifiait le tout. Le domaine appartenait à la famille Matsukura. Il abrite aujourd'hui deux musées. L'un est dédié au sculpteur Seibo Kitamura tandis que l'autre retrace l’histoire du christianisme. En effet le château de Shimabara est le symbole de la révolte de « Shimabara no Ran » qui a marqué l’histoire du christianisme sur l’archipel. En 1637 une révolte éclata à l’annonce d’impôts supplémentaires venant écraser une population chrétienne importante. Les seigneurs locaux ne purent venir à bout de cette révolte et bientôt d’autres mécontents vinrent grossir les rangs de cette fronde. En 1638 les troupes shogunales arrivèrent avec plus de 200 000 hommes commandés par Masanobu Matsudaira. Une résistance s’organisa au château de Shimabare. Deux jours après leur reddition, le 14 avril 1638 ce sont 38 000 chrétiens qui furent massacrés.

Le château passa ensuite aux mains des clan Kôriki jusqu'en 1668, Matsudaira (1668 - 1747), Toda (1747 - 1774) puis à nouveau Matsudaira de 1774 à 1871. En 1876, suite à l'abolition du système féodal, le donjon fut démantelé.

Ce château d'une blancheur maculée a fait l'objet de restaurations en 1960, 1964 et 1972.

Pour consulter la photothèque ClickJapan sur les palais et châteaux japonais, il suffit de cliquer ici.

Pour consulter le mini-guide ClickJapan sur la préfecture de Nagasaki il suffit de cliquer ici.

                                                                                                                                                                                                         ©