DIVINITES BOUDDHISTES

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL religion  
religions au japon  
superstition  
grands sanctuaires  
grands temples  
visiter temple & sanctuaire  
  différencier temples et sanctuaires  
  AUTELS  
  amulette  
  o-bon  
  bon odori  
  SHICHIFUKUJIN  
  daruma  
  maneki-neko  
  KOFUN  
  CHEVAL & CROYANCES  
  OFUDA  
  TENGU  
  ONI  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE & DICTIONNAIRE  
LIENS
TÉLÉCHARGEMENT
NOUS ÉCRIRE ?
 
 
     
 

Source: Dossier de presse musée Guimet. 

 
 

Ofuda représentant la divinité Bishamon-ten. Cet ofuda est conservé au temple Soji-in de Kyoto. ©Institut des Hautes Études du Collège de France.

Les divinités sont des êtres s'inscrivant au quatrième rang au sein du panthéon bouddhiste derrière les Bouddhas, bodhisattva et les rois de science.

"Les dieux, bien que puissants et bénéficiant de l’exceptionnelle longévité liée au karma qui leur a valu de renaître en cette voie, n’en sont pas moins engagés, comme les hommes, dans le cycle des transmigrations et demeurent à l’extérieur du monde de l’Éveil. Espérant néanmoins y parvenir, ils agissent en ardents protecteurs du bouddhisme et de ses fidèles.


La cosmologie bouddhique, reprise de la tradition indienne, leur assigne pour séjours ce qu’elle appelle les trois mondes, à commencer par le plus proche de nous qui est encore placé sous l’empire du désir. Dans ce dernier, la hiérarchie entre les dieux, grands et inférieurs, se reflète dans leur position par rapport à l’axe cosmique qu’est le mont Sumeru.


Certains demeurent au-dessus du mont à des hauteurs vertigineuses : c’est le cas de Brahmâ ; sur le sommet lui-même sont les Trente-trois dieux dont le roi est Indra ; à mi-hauteur, les dieux-rois des Orients ; enfin, à la base, les déités inférieures.
 

Le terme ten (ciel, céleste), traduction de la notion indienne de deva (fém. devî), regroupe les êtres de l’Enhaut, à partir et y compris les Quatre dieux-rois. Les divinités inférieures, quant à elles, sont distinguées par le vocable shin ou -jin (esprits) qui, lui, est d’origine chinoise et que le Japon a repris. Le terme, en effet,désigne aussi bien les esprits supérieurs que les ancêtres divinisés, les puissances spirituelles en général que les plus humbles déités.


On observe parfois le rapprochement des deux qualificatifs : ten, plus «valorisant» et jin, plus familier, qui s’est en outre chargé du contenu propre au terme japonais de kami."
(Auteur du texte: Bernard Frank)

 

                                                                                                                                                                                                         ©