TOKUGAWA IEMITSU - 徳川 家光

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL histoire  
Histoire du japon  
  DRAPEAU JAPONAIS  
  HYMNE JAPONAIS  
ronin  
Empereurs  
  FAMILLE IMPÉRIALE  
1er Ministres  
Chefs de guerre  
  châteaux  
  structure des châteaux  
  grands sanctuaires  
  grands temples  
  KOFUN  
  CHEVAL & CROYANCES  
  ROYAUME DE RYÛKYÛ  
  Shôgun  
  LES ShôguN TOKUGAWA  
  MIROIR  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE & DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

 Liens promotionnels

 

 

 
 

 Avertissement! Les dates données ici ne sont qu'indicatives et peuvent légèrement varier d'un ouvrage à un autre. Il est vivement conseillé de vérifier et confronter les informations ici données. S'il apparaissait une inexactitude ou une erreur nous vous remercions d'avance de bien vouloir nous l'indiquer.

Copyright des illustrations :DP

 
 

                                            

Japon - Shôgun - Tokugawa Iemitsu
Iemitsu Tokugawa - 徳川 家光
12 août 1604 - 8 juin 1651
3ème Shôgun Tokugawa
Nom posthume: Taiyu-in
Précédé par: Tokugawa Hidetada
Succédé par: Tokugawa Ietsuna

Tokugawa Iemitsu (徳川 家光 (1604 - 1651)) est le deuxième enfant mais le fils aîné de Hidetada Tokugawa (徳川 秀忠 (1579-1632)) et de Oeyo (於江与 (1573 - 1626)). Né le 12 août 1604, il décéda le 8 juin 1651 après avoir été le 3ème Shôgun de la lignée des Tokugawa.

Environnement Familiale.

Tokugawa Iemitsu fait partie d’une fratrie de 7 enfants, 5 filles et 2 garçons. Ses sœurs furent Sen-hime (1597-1666) mariée en 1603 à Toyotomi Hideyori, Tama-hime (1599 - 1622), Katsu-hime (1601 - 1672), Hatsu-hime (1602 – 1630) et Matsu-hime (1607 – 1678). Cette dernière se maria en 1620 à l’empereur Go-Mizunoo. Elle donna naissance à une petite fille qui devint la princesse Meishō. Son frère se nommait Tadanaga (1606 – 1633).

Tokugawa Iemitsu eut 6 enfants de différentes concubines. Son premier enfant fut une fille, Chiyo-hime (29 avril 1637 - 10 janvier 1699).

Sa concubine Keishōin (桂昌院 (1627–1705)) donna naissance à son fils aîné Tokugawa Ietsuna (徳川 家綱 (1641 - 1680)) futur shôgun.

Son deuxième fils, Kamematsu, décéda très jeune. Tsunashige fut son troisième fils (28 juin 1644 – 29 octobre 1678). Tokugawa Tsunayoshi (徳川 綱吉 (1646 – 1709)) son quatrième fils, succéda à son frère Ietsuna au rang de Shôgun. A l'instar de son second fils, son cinquième et dernier fils, Tsurumaru, disparu aussi très jeune.

Enfance.

Il existe peu de trace des faits et gestes de Tokugawa Iemitsu durant son enfance. Tokugawa Iemitsu portait à son jeune âge le nom de Takechiyo (竹千代).

Ce n’est qu’en 1617, lors de la cérémonie du Genpuku (元服), marquant le passage à l’âge adulte, que ce dernier abandonna le nom de Takechiyo au profit de celui d’Iemitsu. C’est au cours de cette même cérémonie qu’il fut officiellement désigné héritier de la dynastie shogunale des Tokugawa.

L’ascension vers le pouvoir.

En 1623, son père, le Shôgun Hidetada Tokugawa, abdique. A l’instar de son grand-père avant lui (Tokugawa Ieyasu), son père (Hidetada Tokugawa) prend alors le titre de Ogosho (shôgun retiré). Dès son élévation au rang de Shôgun, Tokugawa Iemitsu prend formellement la tête du bafuku (administration centrale).

Cette abdication permet ainsi de transmettre le titre de Shôgun à Tokugawa Iemitsu mais n’implique nullement que Hidetada Tokugawa renonce à exercer le pouvoir. Dans les faits, Hidetada Tokugawa continua à exercer ses fonctions jusqu’à son décès en 1632.

Les relations entre la cour impériale et le shôgunat des Tokugawa, furent dans un premier temps cordiales. Elles se tendirent en 1627 lorsque l’Empereur Go-Mizunoo (後水尾天皇 (1596 – 1680) contrevint à un édit shôgunal (incident shi-e jiken (紫衣事件). En 1629, un nouvel incident poussa, avec l’aide « bienveillante » des Tokugawa, l’Empereur à abdiquer son trône au profit de sa fille, la princesse Meisho, cousine de Tokugawa Iemitsu. Cette parenté proche aura pour effet de renforcer le pouvoir en place des Tokugawa.

Tokugawa Iemitsu dut, dès avant sa nomination au rang de Shôgun, se méfier de son tumultueux frère Tokugawa Tadanaga (徳川忠長 (1606 -1633)). Ce dernier, soutenu par Oeyo,  sa mère, est le seul à lui prêter querelle. Il fut arrêté en1631, assigné à résidence en 1632 puis pousser au suicide rituel (seppuku) en 1633.

Hidetada Tokugawa, son père, décède en 1632. Tokugawa Iemitsu prend alors directement les rênes du pouvoir. Son premier acte politique fut de congédier l’ensemble des anciens conseillers de son père pour les remplacer par des amis d’enfance. Cet acte impacta négativement sa popularité dans les rangs de la noblesse mais concentra le pouvoir se son administration.

L’exercice du pouvoir.

Tokugawa Iemitsu est connu pour trois mesures essentielles.

-          La répression de la minorité chrétienne perçue alors comme une menace potentielle. Estimée à 500 000 fidèles cette communauté fut la proie de nombreuses persécutions. Lors de la rébellion paysanne et chrétienne de Shimabara (島原の乱 (1637-1638)) le pouvoir shogunal se livra au massacre de milliers d’individus.

-          La politique du Sakoku (鎖国) correspondant à la mise en place d’une politique isolationniste. Elle se traduisit par la mise en application de décrets édictés entre 1633 et 1639 réduisant le droit de commercer avec l’étranger, interdisant de quitter le territoire japonais, contrôlant le mouvement des étrangers… Cette politique fut appliquée jusqu’en 1868.

-          L’affaiblissement des seigneuries afin d’avoir l’emprise du pouvoir Shogunal. Tokugawa Iemitsu met en place, en 1635, le système du sankin-kōtai (参勤交代). Ce système obligeait les seigneurs (Daimyo) de  toutes les provinces à passer une année sur deux à Edo, la capitale fondée par la famille Tokugawa. Ces trajets obligeaient les daimyos à d’importantes dépenses. Ceux-ci devaient en sus de leur domaine entretenir une résidence à Edo. L’objectif était d’asphyxier financièrement l’ensemble des rivaux potentiels afin de les tenir sous l’autorité de l’administration shogunale. Afin d’asseoir un peu plus la domination du pouvoir shogunal, la famille du daimyo devait rester à Edo. Cette méthode permettait de faire planer l’ombre d’une rétorsion si le daimyo  avait quelque velléité d’indépendance.

                                                                                                                                                                                                         ©