TEMPLES - MONT KÔYA

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL religion  
religions au japon  
superstition  
grands sanctuaires  
grands temples  
visiter temple & sanctuaire  
  différencier temples et sanctuaires  
  AUTELS  
  amulette  
  o-bon  
  bon odori  
  SHICHIFUKUJIN  
  daruma  
  maneki-neko  
  FUKUSUKE  
  KOFUN  
  CHEVAL & CROYANCES  
  OFUDA  
  TENGU  
  ONI  
  FANTÔMES  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE & DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     
   

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo N°1 ©JNTO - N°2 ©Wakayama Prefecture/©JNTO

 

Les grands temples bouddhistes du Mont Kôya.

Comment s'y rendre ?

Le mont Kôya est un plateau à 900 mètres d'altitude entouré de huit pics montagneux dépassant les milles mètres. Ce paradis naturel est situé au sein de la préfecture de Wakayama. Ce site comporte un nombre important de temples. On dénombre plus de 110 bâtiments. Le mont Kôya abrite une population de 6 000 habitants. Accessible par train: ligne Nankin gare Gokuraku-bashi puis pendre le téléphérique. Le centre d'information touristique est situé à proximité de l'arrêt de car de Senju-bashi. La photo ci-contre représente l'allée menant vers le temple Oku-no-in.

 

Oku-no-in : Temple de la secte Shingon (comme tous les temple du mont Kôya) fondé en 816. Il abrite la tombe du religieux Kûkai. La grande dévotion vouée à Kûkai eut pour conséquence la création d'un des cimetières les plus important du Japon (250 000 tombes anciennes), beaucoup de personnalité voulant se faire enterrer près de Kûkai. En face le Tôrô-dô, sorte de salle des lanternes ou nuit et jour 11 000 lanternes sont allumées.

 

Garan : Temple de la secte Shingon fondé par Kûkai. Il possède une remarquable pagode en forme de stupa (Kompon-daitô) et de nombreux temples secondaires.

 

Kongôbu-ji : Temple principale de la secte Shingon fondé par Toyotomi Hideyoshi en 1593. Il possède de belles peintures murales du  XVIe siècle.

Pour en savoir plus...

 Kûkai (774-835) est né à Shikoku. Il est à l'origine du pèlerinage des 88 temples dans  l'île de Shikoku, de mandala, d'une cinquantaine d'ouvrages sur le culte de Shingon, du plus vieux dictionnaire japonais le "Tenrei-Banshô-Reigi" et certains lui attribue la création du syllabaire Kana. Religieux bouddhiste, il fit  parti de l'ambassade envoyée par les Fugiwara en Chine en 804. Il revint au Japon en 806 après avoir étudié les doctrines enseignées par le religieux chinois Keika. A son retour il fondera le temple aujourd'hui connu sous le nom de Jingo-ji (Kyôto) mais qui à l'époque portait  le nom de Takaosan-ji. A date il devient le leader d'une nouvelle doctrine bouddhiste (Shigon "la vraie parole") qui rencontra un vif succès dans les milieux aristocratiques. C'est en 819 sur autorisation de l'empereur qu'il se fera construire un ermitage au mont Kôya où il passera la majeure partie de son temps alors même qu'en 823 il reçoit la direction du temple To-ji (Kyôtô).

                                                                                                                                                                                                         ©