Le mon - 紋

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL histoire  
Histoire du japon  
  Drapeau japonais  
  hymne japonais  
ronin  
Empereurs  
  FAMILLE IMPÉRIALE  
1er Ministres  
Chefs de guerre  
  châteaux  
  structure des châteaux  
  grands sanctuaires  
  grands temples  
  KOFUN  
  ROYAUME DE RYÛKYÛ  
  armoirie (MON)  
  Shôgun  
  MIROIR  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE & DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

 Liens promotionnels

 

 

 
     
 

 

 
 

Le mon (紋) est le terme générique utilisé pour faire référence à l’ensemble des symboles héraldiques japonais.

Kamon de la famille Tokugawa - Japon

Exemple de Kamon figurant sur des tuiles du temple Kodaiji. Ici le Kamon de la famille Toyotomi.

On lui préfère les termes de « mondokoro » (紋所) et de « kamon » (家紋) lorsque l’on fait référence aux « armoiries », blasons d’un clan ou d’une famille.

Histoire.

Il semble que l’usage de « mon » est fait son apparition au Japon dès avant le XIIème siècle. Son usage apparu au sein de la classe aristocratique (Kuge - 公家)de la cour impériale. Le « mon » ou « kamon » était alors arboré sur les vêtements des personnes de haut rang.

Les plus ancien « kamon » identifiés sont ceux des familles aristocratiques Saionji et Tokudaiji. Au sein de la famille Saionji ce fut Saionji Sanesue (1032 -1091) qui arbora le premier un Kamon. Celui-ci était composé 3 spirales (mittsu domoe). Du côté de la famille Tokudaiji, le premier kamon répertorié fut porté par Tokudaiji Saneyoshi (1096 – 1157). Le kamon de cette famille représentait une fleur de Mokkô (cognassier japonais).

Après avoir un temps populaire au sein de l'aristocratie, l'usage du « mon » tombe en désuétude et est repris par la classe des guerriers. Ceux-ci voient en son usage la possibilité de se distinguer et de se reconnaître sur les champs de bataille.

Au XIIème siècle son usage s’étendit. Le « mon » vint à être utilisé comme élément distinctif mais aussi de reconnaissance sur les bannières, tentes, armes… lors de conflits. On les retrouve aussi frappés sur les tuiles des demeures de la noblesse ou de certains marchands.

Héraldique japonais - Blason japonais utilisé par le clan Takeda - Mon

Kamon utilisé par le clan Takeda.

Rapidement  le « mon » fut usité par les couches sociales les plus modeste mais aussi par tout un ensemble d’organisation (temple, organisation criminelle, commerçant…). Les personnes n’ayant pas de « mon » propre portaient souvent le « mon » du clan, de la famille, de l’organisation ou de la personne qu’il servait.

Outre, ses fonctions précédentes, le « mon » ou « kamon » servait aussi à véhiculer un message auprès d’une population souvent illettrée (indication de provenance pour les artisans, identification d’une activité, d’une échoppe, marquage d'une propriété, …).

Héraldique japonais - Blason japonais  symbolisant des vagues balayant une plage - Mon

Kamon symbolisant des vagues balayant une plage.

Règles.

En dehors des « mon » de la famille impériale et de la famille régnante, la formation et l’utilisation des « mon » n’étaient pas soumises à une loi écrite. Dans les faits les « mon » se devaient de respecter un ensemble de règles morales, sociales et coutumières.  Il était ainsi interdit d’utiliser le « mon » d’un tiers. En cas de conflit, quant à l’usage d’un « mon » par rapport à un autre, le « mon » de la personne de haut rang primait.

Les chefs de clan et hauts dignitaires notamment, pouvaient concéder l’usage de leur « mon » ou en attribuer un crée  de toute pièce ou dérivé de leur propre mon à titre de récompense.

Héraldique japonais - Blason japonais - MonApparence.

Le « mon » ne suivaient aucune règle particulière. La plupart du temps les « mon » étaient monochromes, composés d’un cercle contenant une représentation stylisée d’un animal, d’un végétal, d’un élément naturel, d’un motif géométrique, d’un symbole religieux ou encore d’un kanji. Tout objet ou chose pouvait, en soit, être intégré à un « mon ». Certains éléments étaient cependant réservés à certains hauts dignitaires (la fleur de chrysanthème réservée à la famille impériale, la fleur de paulownia à 7 et 5 pétales réservée au Premier ministre…).

Exemple de Kamon.

Kamon à motifs floraux:

Héraldique japonais - Blason japonais en forme d'Iris - Mon Héraldique japonais - Blason japonais en forme d'Abulition - Mon Héraldique japonais - Blason japonais en forme de fleur de Paulownia - Mon Héraldique japonais - Blason japonais en forme de fleur de Bambou - Mon Héraldique japonais - Blason japonais en forme d'orchidée - Mon

Iris

Abutilon

Paulownia utilisé par la famille Toyotomi

Bambou utilisée par la clan Minamoto

Orchidée

Kamon à motifs végétaux:

Héraldique japonais - Blason japonais en forme de rose trémière - Mon

Héraldique japonais - Blason japonais stylisant l'herbe à éléphant - Mon

Héraldique japonais - Blason japonais en forme de nenuphar - Mon

Héraldique japonais - Blason japonais en forme de fougère - Mon

Trèfle japonais

Rose trémière utilisé par la famille Tokugawa

Herbe à éléphant

Nénuphar

Fougère

Kamon à motifs animaliers:

Héraldique japonais - Blason japonais en forme de canards Mandarin - Mon Héraldique japonais - Blason japonais en forme de Papilionidés - Mon Héraldique japonais - Blason japonais en forme de moineau - Mon Héraldique japonais - Blason japonais  - Mon Héraldique japonais - Blason japonais en forme de dragon - Mon

Canard Mandarin

Papilionidés utilisé par le clan des Taira

Moineau

Singe?

Dragon

Héraldique japonais - Blason japonais - MonLes mon aujourd’hui.

En dehors du « mon » de la famille impériale, qui est devenu un emblème national, les « mon » ne font pas plus l’objet d’une réglementation aujourd’hui qu’hier. Il est néanmoins possible que ceux-ci obtiennent une protection sur le terrain juridique soit par le biais de la propriété littéraire et artistique, soit, par le biais du droit des marques. Les « mon » sont encore assez présent on les retrouve sur de nombreux biens de consommation (voiture Mitsubishi, saké, sushi…) et sur certains vêtements (kimono) lors des événements les plus formels. De très nombreuses familles japonaises disposent d’un « mon ». Il existe des prestataires et des livres spécialisés dans la recherche des « mon » familiaux.

                                                                                                                                                                                                         ©