Nikkō -日光市

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL DU Guide  
guide par PRÉFECTURE  
guide par VILLE  
CARTES DU JAPON  
JAPON vu CIEL  
MUSÉES  
TEMPLES  
  SANCTUAIRES  
  PALAIS & CHÂTEAUX  
  FÊTES & FESTIVALS  
  MONT FUJI  
  LES GUIDES TOURISTIQUES  
  MÉTÉO  
  Photothèque  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  Photothèque  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE & DICTIONNAIRE  
  LIENS  
Téléchargement
    NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

 Liens promotionnels

 

 
   

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photographie n°1:©JNTO

  Toshogu, Nikkô, Japon
Histoire Climat et Géographie Économie Transports Se repérer Tourisme Liens
 

Statue du moine Shôdo Shônin fondateur de la volle de Nikkô, Japon.

Ci-dessus, la statue du moine fondateur Shôdo Shônin.

Histoire

Nikkô est une ville de la préfecture de Tochigi située dans les terres, au centre de  l’île principale de Honshû. L’origine de la ville se confond plus ou moins avec la construction du premier temple bouddhiste (le Shihonryû-ji) sur son territoire au VIIIe siècle par le moine Shôdô-shônin. Ce temple reconstruit en 808, est aujourd’hui connu sous le nom de Futura-san. Le nombre de temple ne cessa alors d’augmenter et avec eux le rayonnement de la ville. La ville passa cependant réellement de l’ombre à la lumière lorsque, en 1617, le shôgun Tokugawa Hidetada décida de transférer à Nikkô les cendres de son père le shogun Tokugawa Ieyasu. Cette reconnaissance fut appuyée par Tokugawa Iemitsu en 1634 lorsque celui-ci décida d’édifier en l’honneur de son grand-père le shogun Tokugawa Ieyasu un mausolée exceptionnel.

Climat et Géographie

Nikkô est  une ville de plus de 30 000 habitants située à 120 km au Nord de Tôkyô. Le climat y est humide en été et froid et sec en hiver.  La ville, irriguée de la rivière Daiya-gawa, entourée d’un parc national, d’un jardin botanique et de cascades jouit d’un environnement exceptionnel.
 

Économie

La ville abrite de petites boutiques et restaurant surtout regroupés le long de l’artère principale allant vers e Tôshô-gû. Le tourisme est l’une des activités importantes de la ville.

Transports

Nikkô est aisément accessible par la route ou par le train. Sur place la ville dispose d’un réseau de bus et de cars qui vous permettra de vous déplacer facilement.

Train : De Tôkyô pour vous rendre à la gare JR de Nikkô vous pouvez prendre la ligne de train Tôbu-Nikkô depuis la station Asakusa (2 heures de trajet environ). Vous pouvez aussi prendre le Shinkansen depuis la station Ueno de Tôkyô jusqu’à la station Utsunomiya. De cette gare vous devrez pendre un autre train pour la gare JR de Nikkô. Cette formule vous fait gagner environ 25 minutes mais est plus onéreuse.

Voitures : Des véhicules sont offerts à la location à la station JR de Nikkô.

Bus : En plus des bus classiques, une ligne de bus (Nikkô-kôtsû) vous propose de faire le tour de l’ensemble des centres touristique de la ville de puis le gare JR de Nikkô.

Se repérer

La plupart des centres d’intérêts touristiques sont situés hors de la ville à environ 1 km de la gare JR,  après la rivière Daiya-gawa. Vous pouvez demander des cartes au centre d’information touristique situé à la gare Tobu-Nikkô. Centre d’information touristique: 591, Goko-machi area, Nikkô, Tochigi.

Tourisme

Nikkô est une ville perdue au milieu des forêts de cryptomères géants. Cette ville avec sa petite gare en bois du début du siècle n’est pas, au premier abord, spécialement attirante. Elle abrite cependant des trésors…

Le pont Shinkyo.

Cela sera sans doute votre premier point de chute. Ce pont vermillon, est situé à gauche du pont moderne que vous devrez emprunter pour vous rendre au Tôshô-gû. Il fut originellement construit en 1636 puis reconstruit en 1907. Il marque le passage du moine Shôdô-shônin sur le dos de serpents géants pour aller fonder le temple Shionryû-ji dénommé aujourd’hui futura-san.

Les temples et les sanctuaires de la ville de Nikkô.

Nikkô fut tour à tour un grand centre bouddhiste et shintô. La plupart de ces sanctuaires et temples sont payants. Un ticket unique, vendu comme un forfait, vous permet de visiter les plus importants.

Mausolée de Tokugawa Ieyasu, Nikkô, Japon

Ci-dessus, le mausolée de Tokugawa Ieyasu.

Pour avoir une explication sur les temples Rinnô-ji et Sambutsu-dô, cliquer-ici.

Pour avoir une explication sur les sanctuaires  Tôshô-gû, Futara-san et Taiyuin-byo, cliquer-ici. Lors de votre visite du Tôshô-gû il est des choses à ne pas manquer. Il en va notamment ainsi du Yomeimon (porte donnant vers le Honden), de l’écurie sacrée avec ses 3 petits singes sculptés, de la fontaine sacrée en granit, la pagode de 5 étages de 1650 reconstruite en 1818, le mausolée de Tokugawa Ieyasu et de la sculpture du chat endormi (Nemuri Neko) attribuée à Hidari Jingoro.

Le temple Rinnô-ji et les sanctuaires Tôshô-gû, Futara-san sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les Musées de Nikkô.

Urushi Museum. Le terme Urushi renvoie directement à la sève de l’arbre Urushi utilisée dans la création d’objet en laques. Ce musée au nom évocateur est donc consacré à la laque et ses techniques.

Le musée d’art du Tôshô-gû. Ce musée abrite notamment des peintures et des objets ayant appartenus à la famille Tokugawa.

Les Parcs et cascades de Nikkô.

La ville de Nikkô est lovée dans le Parc national de Nikkô. Le Jardin botanique de Nikkô fut fondé en 1902 près du Tôshô-gû puis déplacé en 1911 à son emplacement actuel. Sur ce jardin de 104 490 m2 pousse plus de 2200 plantes.

Ganman-ga-fuchi : Au Mont volcanique Nantai-san sur les rives de la rivière Daiya-gawa. La rivière se jette sur une ancienne coulée de lave et offre un spectacle saisissant. Pour accéder à ce lieu, il vous faudra remonter la rivière depuis le pont Shin-kyô. En chemin vous croiserez un groupe de 70 statuettes ji nommé "Bake-jizô", "Narabi-jizô" ou "Hyaku-jizô".

La cascade Urami-no-taki. Haute de 47 mètres inspira le poète Bashô pour la rédaction d’un Tanka en 1689. une statuette de Fudô Myôô (divinité bouddhiste) est placée derrière cette cascade.

La cascade Jakkô-non-taki se jette dans la rivière Tamozawa-gawa. Cette cascade tire son nom de l’ancien temple Jakkô-ji qui se tenait non loin.

Liens et sources

Site officiel de la ville de Nikkô en japonais: http://www.city.Nikkô.tochigi.jp/

Site officiel de la préfecture de Nikkô en langue française: http://www.pref.tochigi.jp/kokusai/french/index.html

Site officiel en langue anglaise de l'office de tourisme de Nikkô: http://www.Nikkô-jp.org/english/shigai/reiheishi.html

                                                                                                                                                                                                         ©