Kyōto - 京都

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL DU Guide  
guide par PRÉFECTURE  
guide par VILLE  
CARTES DU JAPON  
JAPON vu CIEL  
MUSÉES  
TEMPLES  
  SANCTUAIRES  
  PALAIS & CHÂTEAUX  
  FÊTES & FESTIVALS  
  MONT FUJI  
  LES GUIDES TOURISTIQUES  
  MÉTÉO  
  Photothèque  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  Photothèque  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE & DICTIONNAIRE  
  LIENS  
Téléchargement
    NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

 Liens promotionnels

 

 

 
   

 

 

 

 

 

 
 

 

 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photographie n°1 : ©Mr.Colin Sinclair/© JNTO

  Jardin du temple bouddhiste Tofukuji de la ville de Kyôto, Japon
Histoire Géographie Économie Transports
Se repérer Tourisme  Biens inscrits au patrimoine mondial Liens

Histoire             

Ci-dessus le pavillon d'or de Kyôto.

Le site qu’occupe actuellement la ville de Kyōto, capitale de la préfecture éponyme, semble être occupée depuis l’ère Jômon (10 000 à 300 av. J.-C.) via une immigration d’origine coréenne. Les premières familles qui semblent s’être établies en ces lieux sont les Hata. La ville située en ces lieux était originellement dénommée Yamashiro. C’est en 794 que l’empereur Kammu décide, à des fins politiques, de se faire construire une capitale. Il choisit comme modèle de construction celui de la capitale des Tang (Changan), c’est à dire une organisation géométrique (les rues étant soit parallèles soit perpendiculaires les unes aux autres). Yamashiro prendra alors le  nom Heian-kyō (ville de la paix), ce n’est que plus tard, vers 1227, que le terme de Kyōto (ville capitale) apparaîtra. Heian-kyō connaîtra une croissance importante bien que la guerre civile de l’Ônin (1467-1477) la détruisit presque entièrement. La ville ne doit son salut qu’à Toyotomi Hideyoshi qui la reconstruit et lui apporta de nombreux aménagements. Kyōto perdit son statut de capitale en 1868 sur décision de l’empereur Meiji lorsque celui-ci décida de transférer la capitale à Edo (Tōkyō). Cette décision porta un coup au développement de la ville. Pendant la seconde guerre mondiale, décision fut prise d’épargner la ville afin de protéger son patrimoine. Si aujourd’hui Kyōto et ses plus de 1 500 000 âmes n’est plus la capitale administrative et politique du Japon, elle reste et demeure la capitale culturelle de l’archipel. En 1994 les monuments de l’ancien Kyōto seront inscrits à l’inventaire du patrimoine mondial de l'Unesco. Nous vous proposons une liste de ces monuments.

Géographie

Kyōto, ceinturée par les monts Atago-yama, Hiei-zan et Tamba, est située dans la région fertile du Kinki au milieu des plaines du centre de l’île principale Honshû. Les rivières Kamo-gawa et katsura-gawa, s’écoulent respectivement  à son est et à son ouest pour rejoindre la rivière yodo-gawa. Les préfectures de Ōsaka et de Hyōgo sont à son ouest, les préfectures de Shiga, Mie et Fukui à son est, et celle de Nara au sud.

Économie

L’industrie électronique et logicielle est particulièrement active avec les société Kyôsera et Nintendo. Le tourisme et l’artisanat sont cependant les principales sources d’emploi et de revenus de la ville.

Transports

Ci-dessus, la gare de Kyôto

Kyōto est accessible par route, trains et avion. Sur place la ville dispose d’un important réseau de bus et de métro qui vous permettra de vous déplacer facilement. Des vélos sont disponibles à la location dans certains Ryokan.

Par avion : L’aéroport le plus proche est situé à 60 Km de Kyōto dans la baie d’Osaka. Il s’agit de l’aéroport International du Kansaï (Kansaï International Airport). De là vous pourrez prendre le train (JR Express Haruka par exemple) qui vous mènera à la gare de Kyōto.

Par train : Très pratique si vous venez d’une autre ville japonaise (Tōkyō, Ôsaka, Shîn-kôbe, Fukuoka, Okayama, Hiroshima …) le Shinkansen (train à grande vitesse) dessert régulièrement Kyōto. Pour cela prenez la ligne Tôkaidô.

Si vous venez de Kôbe vous pouvez prendre la ligne JR Sanyô.

Si vous venez de Nara vous pouvez prendre la ligne Kintetsu-Kyōto ou la ligne JR Nara.

Se repérer

Le point commun entre Kyōto et Tōkyō c’est… l’absence de nom de rue (en dehors des grandes artères et des quartiers plus récents situés au nord et au sud de la ville ). Pensez donc à toujours demander à côté de quoi (bâtiment, monument, restaurant…) se situe votre point de destination. Pour vous repérer sachez que la ville a été édifié selon les principes de la géomancie chinoise et que les rues sont donc quasiment toutes parallèles ou perpendiculaire les unes aux autres et forment une véritable grille. Kyōto est divisée en plusieurs arrondissements : Fushimi-ku, Higashiyama-ku, Kamigyô-ku, Kita-ku, Minami-ku, Nakagyô-ku, Nishikyô-ku, Sakyô-ku, Shimogyô-ku, Ukyô-ku et Yamashina-ku.

Tourisme

C’est une ville moderne qui a su conserver 1 600 temples, 300 sanctuaires, une importante tradition culinaire, des coutumes et un dialecte ancien (le Kyōtoben). De nombreux et importants festivals ponctuent le cours de l'année comme l'Aoi Matsuri qui existe depuis 544, le Gion matsuri depuis l'an 869, le Gozan no Okuribi (五山送り火) existant depuis 1662... Cette ville abrite une quinzaine de bâtiments appartenant au patrimoine de l’humanité, un artisanat actif, d’importants musées et tout le charme d’une tradition ancestrale. Il est donc impossible de tout présenter ici. Nous vous proposons ici quelques promenades et un aperçu rapide de Kyōto quartier par quartier.

Ci-dessus, le pavillon d'argent de Kyôto

- Les promenades :

Promenade dans l’allée du Pontochô. Accessible en prenant la ligne de train Hankyo-Kyōto en s’arrêtant à la station Kawaramachi ou en prenant les bus  n° 3, 7 ou 100 jusqu’à la station Shijo-Kawaramachi. Le quartier dans son ensemble s’offre à la flânerie et propose près des berges de la rivière Kamo nombre de petits restaurants accueillants.

Promenade dans l’allée d’Ishibe-kôji. Située non loin du célèbre quartier de Gion et de la rue Higashiyama-dôri, cette petite rue offre un aperçu de l’architecture de bois traditionnelle de la ville dont sont constituées les multiples petites « ochaya »  (maison de thés).

Promenade dans l’allée de la philosophie : En bordure du canal Shishigatani. Vous commencerez  votre promenade au temple Gingaku-ji pour terminer presque  3 kilomètres plus loin  au temple Nanzen-ji. En chemin à la fraîcheur des cerisiers vous aurez croisé les temples Miroku-in, Hônen-in, Anraku-ji, Reigan-ji, Kôun-ji Eikan-dô et les sanctuaires Ôtoyo-jinja et Kumano-Wakaôji-jinja.

Les gorges de la rivière Hozu-gawa. Dans l’ouest de Kyōto, une expérience éclaboussante à faire dans des petits bateaux au départ de Kameoka dans un décor rafraîchissant et naturel.

- Les grands quartiers de Kyōto :

Le centre de Kyōto.

La gare de Kyōto : C’est le premier bâtiment que vous pourrez admirer si vous arrivez par train. La gare toute de verre et de fer de Kyōto achevée en 1997 est d’architecture moderne. On doit ce design futuriste au professeur Hara Kôji. Au 2éme étage dans le grand hall vous trouverez un centre d’information touristique, quelques boutiques artisanales sont aussi à votre disposition.

Shimabara : Quartier central de Kyōto abritant autrefois le quartier des plaisirs de la ville. Il conserve les temples higashi hongan-ji et Tô-ji.

Shimogyôku-ku : Quartier situé au centre de Kyōto au nord de la gare ferroviaire de Kyōto abrite surtout hôtels et restaurants. A noter tout de même le temple Nishi-Hongan-ji fondé au XIIIème siècle et qui est l’un des plus fréquenté de la ville.

Nakagyô-ku: Quartier central de Kyōto où se retrouve concentré le palais impérial, le joli  parc du palais impérial, le jardin Zen Daisen, le temple Midu-bera, le musée du costume et le musée international du Manga. (Ce musée situé sur karasuma-dôri est fermé le mercredi. Pour en savoir plus: www.kyotomm.com).

Pontochô : Le nom de ce quartier est inspiré de la langue portugaise. Particulièrement actif, il regroupe de nombreux magasins, bars, restaurants même les noctambules seront charmés.…

A voir aussi le musée de Nishijin. Ce musée est entièrement consacré à la soie. Le Kyōto national Museum : fondé en 1895, ce musée (payant) abrite une importante collection de l’époque Heian

Nord Ouest de Kyōto.

Kita-Ku, Kamigyô-ku et Ukyô-ku : Sont des quartiers au nord ouest de la ville abritant de véritables joyaux comme le Daitoku-ji (temple Zen du XVème siècle), le Kôtô-in (maison de thé), le Daisen (temple du XVIème siècle)...

Takagamine : Quartier nord où se loge le célèbre Kinkaku-ji (pavillon d’or) mais aussi le temple Jôshô-ji, le temple Shôden-ji et son parfait jardin de sable, le superbe jardin zen Ryôan-ji…

Nord est de Kyōto.

Cette partie montagneuse de la ville abrite le Shûgaku-in Rikyû, la résidence impériale de Gomuzunoo. Cette résidence fut achevée en 1680.

Les temples Manshu-in du XVIIème siècle et Sanzen-in du VIIIème siècle.

L’Ouest de Kyōto.

Sagano et Arashiyama sont les quartiers ouest de Kyōto situés à proximité de la rivière Hozu qui offre de belles promenades et des possibilités de faire du rafting. Vous trouverez une multitude de temples dont les plus célèbres sont le Tenryû-ji, le Daikaku-ji, le palais impérial Katsura Rikyû et l’insolite temple de la mousse Saihô-ji.

L’est de Kyōto.

Higashiyama. Ce quartier est situé à l’est du célèbre quartier de Gion. Une promenade dans les rues pavées traditionnelles de Sannenzaka en direction du temple millénaire de Kiyomiru-dera justifie largement l’exploration de ce quartier légèrement excentré.

Gion : C’est le quartier le plus célèbre de Kyōto, réputé être le cœur et l’âme de la ville. C’est dans ce quartier que se déroulent chaque année deux fêtes prestigieuses le Gosan Okuribi en août et le Gion matsuri en juillet. Ce quartier abrite le pont Shijô, le parc Maruyama, les temples Chion-in, Kennin-ji, Shôren-in, Yasaka-jinja, des théâtres de kabuki comme le Minami-za… C’est aussi censé être le quartier des Geisha mais n’espérez cependant pas trop en voir…

Okazaki: Les centres d’intérêts de la villes sont le musée national d’art moderne, l’imposant sanctuaires Heian, le Kyōto Exhibition Hall et le Kyōto City Museum of fine art qui présente des œuvres d’art occidentales.

Les  biens culturels inscrits patrimoine mondial de l'Unesco :

- Byôdô-in, - Daigo-ji, - Enryaku-ji, - Ginkaku-ji, - Hongan-ji, - Kamomioya-jinja (Shimogamo-jinja), - Kamowakeikazuchi-jinja (kamigamo-jinja), - Kinkaku-ji, - Kiyomizu-dera, - Kôzan-ji, - Kyôôgokoku-ji (Tô-ji), - Nijô-jô, - Ninna-ji, - Ryôan-ji, - Saiho-ji, - Tenryu-ji, - Ujigami-jinja.

Patrimoine mondial de l'Unesco de Kyōto

Localisation

Patrimoine mondial de l'Unesco de Kyōto

localisation

Byôdô-in

Renge, Uji, Uji

Kôzan-ji

Togano-o-chô, Umegahata, Ukyô-ku, Kyōto

Daigo-ji

Daigoyama, Daigo, Fushimi-ku, Kyōto
 

Kyo-o-gokoku-ji (To-ji)

Kujo-chô, Minami-ku, Kyōto

Enryaku-ji

Honmachi, Sakamoto, Otsu
Sakyo-ku, Kyōto

Nijo-jo

Nijojo-chô, Horikawa-nishiiru, Nijo-dôri, Nakagyo-ku, Kyōto

Ginkaku-ji

Ginkakuji-chô, Sakyô-ku, Kyōto

Ninna-ji

O-uchi, Omuro, Ukyo-ku, Kyōto

Hongan-ji

Monzen-chô, Hanayamachi-sagaru, Samegai-dôri, Shimogyô-ku, Kyōto

Ryôan-ji

Goryônoshita-chô, Ryoan-ji, Ukyo-ku, Kyōto

Kamomioya-jinja (Shimogamo-jinja)

Izumikawa-chô, Shimogamo, Sakyô-ku, Kyōto

Saihô-ji

Jingatani-chô, Matsuo, Nishigyô-ku, Kyōto

Kamowakeikazuchi
-jinja (kamigamo-jinja)

Motoyama, Kamigamo, Kita-ku, Kyōto

Tenryû-ji

Susukinobaba-chô, Tenryî-ji, Saga, Ukô-ku, Kyōto

Kinkaku-ji

Kinkakuji-chô, Kita-ku, Kyōto

Ujigami-jinja

Yamada, Uji, Uji

Kiyomizu-dera

1-chôme, Kiyomizu, Higashiyama-ku, Kyōto

 

 

Liens

Site officiel de la préfecture de Kyōto : http://www.pref.kyoto.jp/en/index.html

Site officiel de la ville de Kyōto : http://www.city.kyoto.jp/koho/index_e.html

                                                                                                                                                                                                         ©