CADEAUX AU JAPON

 
    Vos rubriques
  FESTIVALS  
JOURS CHÔMES  
COUTUME AU QUOTIDIEN  
COUTUMES LOISIRS  
NOMS & Prénoms  
Prénoms féminins  
Prénoms masculins  
  VISITER UN TEMPLE  
  SUPERSTITION  
  SAINT VALENTIN  
  HANAMI  
  MOMIJIGARI  
  Ubamegashi  
  HINA MATSURI  
  POUPÉES JAPONAISES  
  KOKESHI  
  FUKUSUKE  
  GEISHA  
  TANABATA  
  JEUX D'ARGENT  
  ONSEN  
  SALUT  
  CADEAUX AU JAPON  
  FÊTE DES ENFANTS  
  AMA  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE & DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
     
 
  Crédit Photographique: N°1:© Kanazawa City/© JNTO; N°2 et 3: © Yasufumi Nishi/© JNTO
 
     
 

 

 
 

Offrir et recevoir des présents au Japon c’est tout aussi bien un art et qu’une nécessité sociale.  

Sucrerie de la ville de KanazawaDans quelles circonstances offrir un cadeau au Japon ?

Dans nombre de cas les circonstances motivant une personne à faire un cadeau sont les mêmes qu’en occident (anniversaires, mariages, visite…). A titre d’exemple il est de coutume de ne jamais arriver les mains vides (tebura  - 手ぶら) chez votre hôte. 

Au-delà des ces cas classiques il  existe d’autres circonstances, typiquement japonaises, où la bienséance exige aussi de faire un présent.  Ces notamment le cas à la suite d’une visite touristique, durant la saison des cadeaux ou encore lors de la saint-valentin et de son corolaire le jour blanc.

Visite touristique

Il est de coutume lorsque vous revenez d’un séjour à l’étranger,  d’un lieu touristique ou d’une autre région japonaise de rapporter à vos amis, collègues, famille ou hôtes un petit souvenir.  On distingue généralement deux types de souvenirs : les « omiyage » et les « meibustu ».

Le terme « omiyage » fait référence au concept général de souvenir mais aussi, plus spécifiquement, aux « souvenirs alimentaires » que l’on peut partager avec ses collègues.

Les « meibustu » sont quant à eux des souvenirs propres à une région ou un pays. Ce qui fait tout leur attrait et leur rareté c’est qu’il normalement impossible de s’en procurer dans une autre région. Ces souvenirs typiques peuvent être aussi bien des aliments que des objets artisanaux. Certains meibustu  n’ont été fabriqués, développés que pour devenir un souvenir touristique. Il est évidemment impossible de lister l’ensemble des meibustu existant. Il est toutefois possible de citer le thé vert d’Uji, la porcelaine d’Arita ou encore le crabe de Tottori. 

Du fait de l’importance sociale que revêtent les « omiyage », l’industrie du souvenir est une activité très lucrative. Ce sont ainsi constitués des sociétés spécialisées dans la confection et la distribution de ce type de produit. Des services dédiés ont vu le jour autour des omiyage : services d’expéditions, commande de meibustu spécifique d’une région, …

Magasin de souvenirs du sanctuaire Meiji JinguLa saison des cadeaux au Japon

Il existe au Japon deux saisons des cadeaux. La saison hivernale des cadeaux se nomme « o-seibo » (お歳暮) ou « seibo » (歳暮), son pendant estivale porte le nom de « o-chūgen » (お中元) ou « chūgen » (中元). Cette tradition puise ses racines dans une ancienne pratique qui visait à effectuer des offrandes aux ancêtres disparus. Cette pratique fut peu à peu étendue  à certains clients privilégiés ainsi qu’aux supérieurs hiérarchiques.

Aujourd’hui cette coutume demeure et n’a que peu évoluée. L’ o-seibo se déroule de la mi-novembre à la fin décembre tandis que l’o-chūgen se passe entre la mi juin à la fin juillet. Durant ces périodes il est de coutume d’offrir un présent à son supérieur hiérarchique ainsi qu’aux proches ayant aidé le « donateur ».

La plupart des magasins offre des produits spécialement arrangés et « packagés » pour l’occasion. La plupart du temps ce sont des produits alimentaires et des objets de décoration qui sont offerts. Le magasin dans lequel  le cadeau est acheté se charge de l’envoi et de l’emballage. Un mot d’accompagnement peut-être joint. Lorsque le magasin dispose d’un rayon o-seibo  dédié, l’acheteur ne doit généralement pas prendre l’objet exposé. Il doit noter la référence ou prendre le ticket correspondant au bien convoité puis se diriger vers un comptoir où le personnel du magasin le prendra en charge.

Le prix des présents s’étale de 1 000 à 25 000 yens. L’enseigne laisse très souvent le prix sur le produit acheté. Ce n’est pas un oubli de l’échoppe mais une pratique usuelle. Il convient donc de choisir avec soin la gamme de prix du produit afin d’éviter de heurter le destinataire.

La saint-valentin et le jour blanc.

La fête de la saint-valentin,  bien que d’origine occidentale, est devenue une véritable institution au Japon. Fêtée comme il se doit le 14 février de chaque année, elle oblige ce jour là nombre de japonais à se livrer à un rituel d’échange de cadeaux (chocolat, sucrerie,…). Un mois après se tient, en réponse au présent reçu, le jour blanc (howaito dē - ホワイトデー).  Vous pouvez consulter notre article complet en suivant ce lien : la saint-valentin au Japon.

Magasin de souvenirs du sanctuaire Meiji JinguComment offrir et recevoir un cadeau au Japon ?

L’étiquette impose que le cadeau soit présenté dans son emballage et sac d’origine. L’emballage tout comme le sac doivent être en excellent état. C’est une des raisons pour laquelle un soin tout particulier est apporté dans les magasins lors de l’emballage (orikata) du cadeau. Le sac doit être simple et provenir du magasin d’où provient le présent.

La valeur du bien offert est un point délicat à gérer. Selon les circonstances, le message, la position hiérarchique on donnera un présent de plus ou moins grande valeur. L’idée maîtresse est relativement simple. Le cadeau de doit pas être d’une valeur dérisoire pour ne pas insultant et ne doit pas avoir une valeur trop importante pour pas gêner et rendre redevable celui qui le reçoit.

Lorsque le présent est offert il doit être présenté à deux mains et saisi à deux mains tout en s’inclinant et remerciant. Au moment du don, l’offrant doit en diminuer la valeur et insister sur la modestie de son acte. Le donateur prononce souvent une phrase comme "tsumaranai mono desu ga" (ceci est une petite chose) afin de se montrer humble et de ne pas mettre mal à l’aise la personne recevant le présent.

Une fois offert le cadeau ne sera pas ouvert sauf si le donateur invite la personne gratifiée à y procéder. Il en va de même si la personne gratifiée fait en retour un cadeau. Celui-ci ne devra pas être ouvert sans que l’on  y soit invité. Il est par ailleurs d’usage de refuser le cadeau effectué pas son hôte. Celui-ci se doit alors d’insister marquant à ce moment la possibilité pour son interlocuteur d’en prendre possession.

Une fois entre les mains du receveur le cadeau doit être admiré (de manière non exagéré) même si celui-ci n’est pas ouvert. Si le donateur vous à invité à l’ouvrir, ouvré le présent avec respect et dans la mesure du possible sans déchirer en tout sens l’emballage.

Une fois ouvert le présent doit être de nouveau admiré et la personne gratifiée se doit de remercier de nouveau. Elle pourra montrer son intérêt en posant des questions sur l’objet offert.

Dans un cadre professionnel les mêmes règles s’appliquent mais l’esprit dans lequel le présent est offert diverge. Dans un cadre privé c’est avec humilité que le don doit être présenté. Dans une relation d’affaire insister sur l’insignifiance du cadeau revient à souligner l’insignifiance du receveur.  Il est donc nécessaire de présenter l’objet en insistant sur le fait que celui-ci symbolise la gratitude ou l’appréciation du donneur qui ne peut totalement être exprimé (honno o shirushi de gozai masu ga).

Autre spécificité, liée cette fois au cadeau en lui-même, les « Noshi-​​Bukuro ». Les « Noshi-​​Bukuro » sont des enveloppes de couleur blanche richement décorés qui sont spécialement conçu pour offrir de l’argent. Elles sont utilisées pour fêter les événements heureux comme les mariages et les naissances. Le donateur doit y insérer des billets de banque neufs eux-mêmes souvent entourés d’un papier blanc.

Les cadeaux  à ne pas offrir au Japon.

De nombreuses superstition existent au Japon et ces croyances influences ce qui peut ou non être offert.  Voici quelques maladresses à éviter :

-          Offrir des objets en nombre pair. Les nombres étant divisibles ils renvoient à l’idée de séparation.

-          Le chiffre neuf renvoyant par homonomie au terme « souffrance », il est préférable de ne pas donner un présent composé de 9 éléments ou arborant ostensiblement ce chiffre ;

-          Offrir des fleurs blanches. Les lys, les camélias,… blancs sont généralement réservés aux cérémonies funèbres ;

-          Les couleurs noire et blanche sont généralement utilisés pour les funérailles ;

-          Les couleurs or et blanche sont usités pour les mariages ;

-          Les couleurs rouge et blanche sont utilisés pour les mariages et les naissances.

                                                                                                                                                               ©