JARDIN 

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL ART  
PEINTURES & DESSINS  
LITTÉRATURE  
THÉÂTRE  
ARCHITECTURE  
POTERIE  
TSUBA  
  MUSIQUES  
  CINÉMA  
  Calligraphie  
  MATERIEL CALLIGRAPHIE  
  CÉRÉMONIE DU THÉ  
  JARDIN  
  IKEBANA  
  BONSAÏ  
  KoKEDAMA  
  Mode  
  ORIGAMI  
  KATAGAMI  
  kodo  
  LAQUE  
  GYOTAKU  
  Yukio mishima  
  SHOJI UEDA  
  YUTAKA TAKANASHI  
  Utagawa Hiroshige  
  SAMIRO YUNOKI  
  KATSUHIRO ÔTOMO  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE/ DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

Liens promotionnels

 

 

  

Sommaire:  Les premiers jardins Les différents type de jardin Quelques exemples

 

Les premiers jardins.

Jardin japonaisIl est quasiment impossible de déterminer avec précision l'apparition des premiers jardins. On trouve une première trace de l'existence de jardin dans une anthologie de la poésie japonaise réalisée en 760 par Otomo no Yakamochi. Il n'existe aujourd'hui aucun jardin de cette période. Il est toutefois possible de se faire une idée de leur apparence au travers de leur reproduction sur des emakimono (peintures). (Pour avoir un explication de la peinture japonaise, cliquer ici.) Photo de droite jardin de kawasaki.

Ces premiers jardins semblent puiser leur construction et symbolique dans la tradition chinoise. La première codification de "l'art du jardin" apparu pendant l'ère Heian (794-1185) ère "de la paix et de la tranquillité". Le Jardin devait alors comporter des collines artificielles agrémentées de rochers et d'arbres, d'un étang aux contours irréguliers alimenté par un ruisseau dont le sens du cours devait charrier les "bonnes ondes". L'étang devait comporter environ trois petites îles asymétriques reliées entre elles par des ponts puis au rivage sur lequel devait se trouver un pavillon propice à provoquer la contemplation. Le pavillon devait être relié par une allée couverte au bâtiment principal tourné vers le sud.

Durant cette période même si jardins "civils" et jardins "religieux" suivaient les mêmes règles d'organisation, il semble que les jardins "monastiques" suivirent ces règles de manière plus scrupuleuse.  Les jardins "religieux" à l'opposé des jardins "civils" ne devaient pas être foulés du pied par le promeneur. Ils étaient simplement admirés par des vérandas dont les ouvertures donnaient sur ces derniers.

 

Les différents type de jardin.

La Jardin de paradis.

Ces jardins apparaissent au Japon à l'époque Heian (794 à 1185 ap. J.-C.). au sein des demeures de la noblesse. Ils sont alors construits selon les préceptes taoïstes du "Onmyô-gogyô-setsu" ou du "In’yô-gogyô-setsu".

La philosophie "Onmyô-gogyô-setsu" apprécie l'univers à partir de ses 5 éléments (feu, terre, métal, végétal et eau) et de leurs interactions.

La doctrine "In’yô-gogyô-setsu" interprète l'univers comme l'opposition de deux forces (le jour/la nuit, l'homme/la femme).

Vers le milieu de l'ère Heian, les jardins de paradis évoluent sous l'influence du bouddhisme. Ils forment la représentation symbolique du paradis d'Amida (bouddha).

Ces jardins sont souvent agrémentés de pont de pierre, de cascade... On y trouve un étang qui symbolise la séparation entre la vie terrestre et l'au-delà. Des ponts et des îles qui symbolisent le chemin à parcourir pour atteindre la Terre Pure (le paradis). Quel que soit le chemin parcouru, on a toujours une vue sur l'élément le plus remarquable du jardin (arbre, rocher..). On distingue traditionnellement deux types de jardins: les jardins de collines et les jardins plats.. Cette distinction s'explique surtout en raison du terrain et de l'espace disponible. Les jardins de collines nécessitent un espace important. Ils étaient essentiellement l'apanage des nobles. Les jardins plats ont une surface plus réduite et compensent leur manque de ressources par un travail sur la symbolique et la position des pierres.

Exemple: Jardin Byôdôin près de Kyoto, jardin Môtsû-ji à Hiraizumi.

Le Jardin Zen.

Le pavillon d'argent, Ginkaku-ji, Kyoto.
Le pavillon d'argent, Ginkaku-ji, Kyoto. Cliquer pour agrandir.

Les Jardins Zen naquirent en même temps que cette secte vers le XVIe siècle. Les Jardins Zen sont surtout des jardins de pierre. Ces Jardins sont la représentation symbolique de la nature. Il existe, souvent non loin des jardins de pierre, quelques jardins zen "végétal". Dans ces derniers,  aucune présence humaine ne doit se faire sentir même si celui-ci est organisé par la main de l'homme. Dans tous les cas, qu'ils soient de pierre ou végétal, les jardins zen sont seulement contemplatifs, les promenades n'y sont pas autorisées. Exemple: Jardins des temples Ryôan-ji, Ginkaku-ji et Daisen-in à Kyôto.

Le Jardin de thé (rojo).

C'est un jardin "végétal" où la nature est ordonnée selon des règles strictes édictées par le maître de thé Sen No Rikyû (1522- 1591). Certains éléments sont caractéristiques des jardins de thé : les portes mobiles, les bassins à ablution, les pavillons de repos... Un chemin serpente doucement vers la maison de thé. L'objectif du jardin n'est ni la contemplation, ni la promenade mais la sérénité. Il est sensé provoquer par contraste entre l'extérieur désordonné, bruyant et agressif et l'intérieur calme et organisé, un repli sur soi propre à inspirer la paix.

Exemple: jardin Roji, Shôyô-en à Kyôto.

Pour tout savoir sur la cérémonie du thé, cliquer ici.

 

Quelques exemples.

Jardin japonais - Hama Detached palace Garden, Tokyo, Japon   Jardin japonais - Shoyoen Nikko pavillon et lac, Japon  temple-jardin  Shoyoen Nikko - jardin Japonais  jardin hakusa sonso - Jardin Japonais 

Cliquer pour agrandir.

                                                                                                                                                                                                        ©