MASAMI KURUMADA

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL ART  
  PEINTURES & DESSINS  
LITTÉRATURE  
THÉÂTRE  
ARCHITECTURE  
POTERIE  
TSUBA  
MUSIQUES  
  CINÉMA  
  Calligraphie  
  MATERIEL CALLIGRAPHIE  
  CÉRÉMONIE DU THÉ  
  JARDIN  
  IKEBANA  
  BONSAÏ  
  KoKEDAMA  
  Mode  
  ORIGAMI  
  KATAGAMI  
  kodo  
  LAQUE  
  GYOTAKU  
  Yukio mishima  
  SHOJI UEDA  
  YUTAKA TAKANASHI  
  Utagawa Hiroshige  
  SAMIRO YUNOKI  
KATSUHIRO ÔTOMO
  MASAMI KURUMADA  
   
    En savoir plus...
ACCUEIL
PHOTOTHÈQUE
  COURS DE JAPONAIS  
LEXIQUE/ DICTIONNAIRE
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     
     

Liens promotionnels

 

 

 
 







Copyright image: Wild Bunch Distrbution
 
 

Affiche du Film "Les chevaliers du Zodiaque - la légende du Sancutaire- 2015 -

Masami Kurumada (正美 車田) est un dessinateur de manga (mangaka) japonais. Il est né le 6 décembre 1953 à Tsukishima (préfecture de Tôkyô).

Masami Kurumada s'adonne trés tôt au manga en participant à des concours dès le lycée. Sa premère oeuve, Otoko Raku, lui valu même un prix.  A l'âge de 21 ans il sort sa première oeuvre en qualité de profesionnel, Sukeban Arashi.

En 1976 il commence à publier dans le magazine Shonen Jump son premier succès d'estime: Ring ni Kakero.

Cette oeuvre publiée jusqu'en 1983 représente un total de 25 volumes. Une deuxième série nommée Ring ni Kakero 2 en 26 volumes est sortie en 2000.

AMasami Kurumada ne devient pas tout de suite uns star du manga. Il connaît plusieurs echec notamment en 1983 avec "Raimei no Zajié" puis en 1984 "Otoko Zaka".

Sa consécration en tant que maître et génie du manga vient avec sa trés célèbre série "Saint Seiya" intitulée en français "Les chevaliers du Zodiaque". "Saint Seiya" c'est 28 volumes, des centaines d'épisodes, des figurines, des livres et un succés mondial.

Son travail s'inscrit dans le style "shônen" c'est à dire qu'il s'adresse à un public de jeune adolescent de sexe masculin (par opposition au style Shôjo qui s'adresse à un jeune public féminin).

Au niveau stylistique, très classique, nombre de ses mangas répond à un genre particulier nommé "nekketsu". Le "nekketsu" est une genre dans lequel le plus souvent le héros est: orphelin, honnête à la limite de la naïveté, pourvu de capacités extraordinaires, entouré d'amis rencontrés au hasard de ses aventure et luttant contre le mal.

A l'instar du grand mangaka Osuma Tezuma qui a ouvert la voie, Masami Kurumada n'hésite pas à porter les mêmes personnages dans d'autres univers ou eventures. Ainsi les traits et la personnalité de Ryūji se retouvent chez Jingi Kikukawa (Otoko Zaka), Kojirō (Fūma no Kojirō), Seiya (Saint Seiya),  Shō (Silent Knight Shō), Rindō Kenzaki (Ring ni Kakero 2), ... Contrairement à de nombreux magaka, Masami Kurumada tente de s'approcher au plus prés de la réalité en utilisant des couleurs réalistes. Alors que nombre de dessinateurs utilisent des couleurs extravagantes pour les cheveux et les yeux de leurs personnages Masami préfère des teintes proches de la réalité.

Il est aussi connu pour la scénographie de ses scènes de combats. Les scènes sont tellement codées qu'elles donnent naissance à une terminologie propre. Ainsi le terme "Kurumada-futtobi" désigne le moment où un personnage est projeté dans les air par son adversaire. Le mot "Kurumada-ochi" fait quant à lui référence au mouvement de la tête vers l'arrière lorsqu'un personnage chute.

Masami Kurumada puise la plupart de temps son inspiration au sein des mythologies grec, chinoise et japonaise. L'un des exemple les plus frappant est sans doute son plus grand succès "Saint Seiya".

  • Manga
  • 1974–1975: Sukeban Arashi
  • 1975: Mikereko Rock (hisoire courte)
  • 1977–1983 Ring ni Kakero
  • 1979: Mabudachi Jingi (hisoire courte)
  • 1979: Shiro Obi Taishō (hisoire courte)
  • 1979–1981: Jitsuroku! Shinwakai
  • 1982–1983: Fūma no Kojirō
  • 1983: Saigo! Jitsuroku Shinwakai
  • 1983: Raimei no Zaji (hisoire courte)
  • 1984: Otoko Zaka (inachevé)
  • 1986–1991, 2006: Saint Seiya (les chevaliers du zodiaque)
  • 1991–1992: Aoi tori no Shinwa: 〜Blue Myth〜
  • 1992: Silent Knight Shō
  • 1994–2000: B't X
  • 1995: Akaneiro no kaze
  • 1996: Evil Crusher Maya
  • 2000–2009: Ring ni Kakero 2
  • 2003: Fūma no Kojirō : Yagyū Ansatsuchō
  • 2006: Saint Seiya: Next Dimension
  • 2014:Otoko Zaka - Kita no Daichi-hen
  • Saint Seiya: Next Dimension
  • Dessin animé
  • 1986–1989: Saint Seiya (114 épisodes)
  • 1989–1990: Fūma no Kojirō (12 épisodes)
  • 1996: B't X (25 épisodes)
  • 1997: B't Neo (14 épisodes)
  • 2004-2011: Ring ni Kakero 1 (36 épisodes)
  • 2002–2008: Saint Seiya - The Hades Arc (31 épisodes)
  • 2009-2011: Saint Seiya: The Lost Canvas (26 épisodes)
  • 2012-2014: Saint Seiya Omega (97 épisodes)
  • Film d'animation
  • 1987: Saint Seiya : Gekijōban
  • 1988: Saint Seiya : Kamigami no atsuki tatakai
  • 1989: Saint Seiya : Shinku no shōnen densetsu
  • 1989: Saint Seiya : Saishū seisen no senshitachi
  • 1992: Fūma no Kōjirō: Fūma Hanran-Hen
  • 2004: Saint Seiya : Tenkai-Hen Josō -Overture-
  • 2015: Saint Seiya : La légende du sanctuaire
                                                                                                                                                                                                        ©