Abbas Kiarostami

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL ART  
  PEINTURES & DESSINS  
LITTÉRATURE  
THÉÂTRE  
ARCHITECTURE  
POTERIE  
TSUBA  
MUSIQUES  
  CINÉMA  
  CALLIGRAPHIE  
  MATERIEL CALLIGRAPHIE  
  CÉRÉMONIE DU THÉ  
  JARDIN  
  IKEBANA  
  BONSAÏ  
  ORIGAMI  
  KoKEDAMA  
  KATAGAMI  
  kodo  
  LAQUE  
  GYOTAKU  
  Yukio mishima  
  SHOJI UEDA  
  YUTAKA TAKANASHI  
  Utagawa Hiroshige  
  SAMIRO YUNOKI  
  KATSUHIRO ÔTOMO  
  MASAMI KURUMADA  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE/ DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?
 
 
     

Liens promotionnels

 

 

Abbas Kiarostami lors du tournage de "Like someone in love" par Marion Stalens. Source dossier de presse Mk2.

Date de naissance: Né en 1940.

Lieu de naissance: Téhéran

Fonction: Scénariste et réalisateur.

Flash:

Abbas Kiarostami est né le 22 juin 1940 à Téhéran. Très tôt intéressé par le dessin, il participe à 18 ans à un concours d’art graphique et le réussit. Il suit des études aux Beaux-Arts tout en monnayant ses talents de graphiste, affichiste et réalisateur de spots publicitaires. En 1969, il crée le département cinéma de l’Institut pour le développement intellectuel des enfants et des jeunes
adultes. C’est dans ce cadre qu’il réalise ses premiers courts-métrages.
Dès son premier film, Le pain et la rue (1970), Abbas Kiarostami témoigne de sa réflexion sur le poids des images et le rapport du réalisme avec la fiction. Son sujet de prédilection, le monde de l’enfance, est décliné au fil d’une longue série de courts, moyens et longs-métrages, durant lesquels il parvient à trouver un équilibre subtil entre la narration et l’approche documentaire.
Devoirs du soir (1989), son ultime regard sur l’enfance, est un bon exemple d’un cinéma chaleureux et poétique qui dénonce discrètement les pesanteurs de la société iranienne.
Avec Close-up (1990), une page semble tournée. En moins d’une semaine, le cinéaste réagit à un authentique fait divers et, avec la participation des protagonistes, en fait un prétexte de réflexion sur la mise en scène du réel. Et la vie continue (1992) et Au travers des oliviers (1994) achèvent une trilogie commencée avec Où est la maison de mon ami ? (1990), où les effets dévastateurs d’un tremblement de terre dans le nord de l’Iran servent de nouveau à rendre compte du mensonge du cinéma.
Palme d’or au festival de Cannes, Le goût de la cerise (1997) est l’œuvre de la maturité et de la consécration. Le film, qui raconte l’obsession du suicide chez un homme de cinquante ans, est une ode à la liberté individuelle louée par la critique et dénoncée par les autorités religieuses iraniennes. Mu par un grand sens de l’improvisation, le travail de Kiarostami repose alors sur des scénarii très succincts, des comédiens amateurs et un montage qu’il assure lui-même. On trouve un nouvel exemple de cette méthode avec Le vent nous emportera (1999), qui marque le début de la collaboration artistique du cinéaste avec Marin Karmitz et MK2.

À partir de 2001, Abbas Kiarostami prend le goût du numérique et des toutes petites caméras. Trouvant une grande libert dans des dispositifs techniques très légers, il réalise plusieurs films passionnants, de nature et de formats très différents, toujours à la frontière de la fiction et du documentaire : ABC Africa (2001), Enchaîné (2002), Five dedicated to Ozu (2003), 10 on ten (2004), Roads of Kiarostami (2005), Shirin (2008).

Avec Copie Conforme, en 2009, il revient par le biais de la fiction à un cinéma de plus grande ampleur et tourne pour la première fois hors d’Iran, avec un casting international. Le film vaudra le prix d’interprétation féminine à Juliette Binoche lors du festival de Cannes, où le film était présenté en compétition. Après l’Italie, Like Someone in Love, qui s’inscrit dans la même lignée que Copie Conforme, conduit cette fois Abbas Kiarostami au Japon, à la découverte d’un nouvel univers à explorer.

Filmographie:

Like someone in Love:  Festival de Cannes: 8 nominations: 2012.

Copie conforme: Festival de Cannes: prix d’interprétation féminine pour Juliette Binoche: 2010.

Shirin: 2008

Where is my romeo?: Épisode du film collectif « chacun son cinéma » réalisé pour le 60e anniversaire du festival de cannes: 2007.

4 lettres vidéo à Victor Erice: 2007

Correspondances: 2005

Roads of kiarostami: 2005

Tickets: Episode du film “collectif”. Réalisé par Abbas Kiarostami, Ermanno Olmi et Ken Loach: 2005

10 on ten: 2004

Five dedicated to ozu: 2004

Ten: 2002

ABC africa: 2001

Le vent nous emportera: Mostra de venise. Grand prix du jury et prix de la critique internationale Fipresci. 1999

Le goût de la cerise: Palme d’or au festival de Cannes: 1997

La naissance de la lumière:1997

Un œuf: Episode du film collectif « lumière et compagnie »: 1995

Repérages: Episode du film collectif « à propos de nice, la suite… »:1995

Au travers des oliviers: 1994

Et la vie continue… 1992

Close-up : 1990

Devoirs du soir : 1989

Où est la maison de mon ami ? 1987

Les élèves du cours préparatoire : 1984

Le concitoyen : 1983

Le chœur : 1982

Avec ou sans ordre : 1981

Rage de dents : 1980

Cas n° 1, cas n° 2 : 1979

Solution : 1978

Peindre : épisode de la série « comment passer son temps libre ? » : 1977

Le rapport : 1977

Hommage aux professeurs : 1977

Les couleurs : 1976

Le costume de mariage : 1976

Le palais de jaha nama : 1975-1979

Moi aussi, je peux : 1975

Deux solutions pour un problème : 1975

Le passager : 1974

Expérience : 1973

La récréation : 1972

Le pain et la rue : 1970

                                                                                                                                                                                                        ©