Onibaba les tueuses  

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL ART  
  PEINTURES & DESSINS  
LITTÉRATURE  
THÉÂTRE  
ARCHITECTURE  
POTERIE  
TSUBA  
MUSIQUE  
  CINÉMA  
  CALLIGRAPHIE  
  MATERIEL CALLIGRAPHIE  
  CÉRÉMONIE DU THÉ  
  JARDIN  
  IKEBANA  
  BONSAÏ  
  KoKEDAMA  
  Mode  
  ORIGAMI  
  KATAGAMI  
  kodo  
  LAQUE  
  GYOTAKU  
  Yukio mishima  
  SHOJI UEDA  
  YUTAKA TAKANASHI  
  Utagawa Hiroshige  
  SAMIRO YUNOKI  
  KATSUHIRO ÔTOMO  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE/ DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

Liens promotionnels

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source: dossier de presse Wild Side Vidéo.

 

Onibaba les tueuses un film du réalisateur japonais Kaneto ShindôLe pitch du film...

Au 14ème siècle, le Japon est ravagé par des guerres incessantes. Deux femmes, la mère et sa belle-fille, appauvries, isolées et désespérées, tentent de survivre au cœur d’un marécage stérile. Agressant les soldats blessés, perdus ou en déroute qui traversent le marécage, elles les tuent pour leur prendre leurs biens et les revendre à un receleur en échange d'un peu de nourriture. Les cadavres de leurs victimes sont jetés dans une caverne, 'le trou'.
Un jour, un voisin dépenaillé nommé Hachi se présente chez elles : affirmant avoir assisté à la mort de leur mari et fils, il devient bientôt l'amant de la jeune veuve, en dépit de l'opposition de la belle-mère. Celle-ci décide alors de tenter par tous les moyens d’empêcher la jeune femme d'aller rendre visite à Hachi. La situation va se dégrader…

 

Photothèque:

Onibaba les tueuses un film du réalisateur japonais Kaneto Shindô

Onibaba les tueuses un film du réalisateur japonais Kaneto Shindô

Onibaba les tueuses un film du réalisateur japonais Kaneto Shindô

 Analyse:

ONIBABA les tueuses dresse un portrait sans concession du Japon médiéval, refusant l'image idéalisée d'une période chevaleresque : Shindô décrit ainsi le quotidien ignoble des paysans, réduits au meurtre et à la folie, et dépeignant les samouraïs non pas comme d’héroïques chevaliers, mais comme des brutes sanguinaires pleine d’arrogance. La réalisation joue avec le décor mouvant, effrayant et quasi-vivant de la forêt de bambou, portée par une photo expressionniste, par sa façon de faire dire aux contrastes, aux lumières et aux ombres toute la peine des âmes.
Après L’Île Nue, c’est le second film de Kaneto Shindô le plus remarqué en Occident, pour lequel il retrouvait son actrice-fétiche Nabuko Otawa.

 Crédits:

Réalisateur: Kaneto Shindô ;

Acteurs : Nabuko Otowa, Jitsuko Yoshimura...

Année: 1964;

Durée: 2h26

                                                                                                                                                                                                       ©