Goyokin, L'or du Shogun
 
    Vos rubriques
  ACCUEIL ART  
  PEINTURES & DESSINS  
LITTÉRATURE  
THÉÂTRE  
ARCHITECTURE  
POTERIE  
TSUBA  
MUSIQUE  
  CINÉMA  
  CALLIGRAPHIE  
  MATERIEL CALLIGRAPHIE  
  CÉRÉMONIE DU THÉ  
  JARDIN  
  IKEBANA  
  BONSAÏ  
  KoKEDAMA  
  Mode  
  ORIGAMI  
  KATAGAMI  
  kodo  
  LAQUE  
  GYOTAKU  
  Yukio mishima  
  SHOJI UEDA  
  YUTAKA TAKANASHI  
  Utagawa Hiroshige  
  SAMIRO YUNOKI  
  KATSUHIRO ÔTOMO  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE/ DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

Liens promotionnels

   

 

 

 

 

 

 

Source: dossier de presse Wild Side Vidéo.

 

Goyokin, L'or du Shogun  - Film japonais de Hideo Gosha

Le pitch du film...

Goyokin suit un samouraï traumatisé depuis que son clan a massacré d’innocents pécheurs pour de basses raisons financières. Lui, à l’époque, n’avait rien fait pour empêcher la boucherie. Quelques années plus tard, alors qu’il s’apprête à se séparer définitivement de son katana et renoncer de ce fait à son statut de samouraï, il apprend qu’une nouvelle tuerie se prépare. Il décide alors de garder son sabre et de l’utiliser, peut-être pour la première et la dernière fois, à l’encontre de son clan…

 

Photothèque:

Goyokin, L'or du Shogun  - Film japonais de Hideo Gosha

Goyokin, L'or du Shogun  - Film japonais de Hideo Gosha

Goyokin, L'or du Shogun  - Film japonais de Hideo Gosha

 Analyse:

Exemplaire de l’époque du cinéma japonais durant laquelle il a été réalisé (fin des années 60), Goyokin s’appuie sur une véritable nouvelle vision du samouraï. Il est réalisé par Hideo Gosha, l'un des maîtres du chambarra (film de sabre ). Fracture franche avec l’image romantique et traditionnelle d’un soldat à la droiture quasi-divine. Ce film est porté par un réalisme aboutissant à une violence accrue des combats. Entre les lignes Goyokin, L'or du Shogun est une critique sociale des atrocités de la guerre.

 Crédits:

Réalisateur: Hideo Gosha;

Acteur : Tatsuya Nakadai, Tetsuro Tamba...

Durée: 118 minutes.

Année: 1969

                                                                                                                                                                                                       ©