Gojoe le pont de l'enfer  

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL ART  
  PEINTURES & DESSINS  
LITTÉRATURE  
THÉÂTRE  
ARCHITECTURE  
POTERIE  
TSUBA  
MUSIQUE  
  CINÉMA  
  CALLIGRAPHIE  
  MATERIEL CALLIGRAPHIE  
  CÉRÉMONIE DU THÉ  
  JARDIN  
  IKEBANA  
  BONSAÏ  
  KoKEDAMA  
  Mode  
  ORIGAMI  
  KATAGAMI  
  kodo  
  LAQUE  
  GYOTAKU  
  Yukio mishima  
  SHOJI UEDA  
  YUTAKA TAKANASHI  
  Utagawa Hiroshige  
  SAMIRO YUNOKI  
  KATSUHIRO ÔTOMO  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE/ DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

Liens promotionnels

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source: dossier de presse Wild Side Vidéo.

 

Gojoe le pont de l'enfer un film du réalisateur japonais Sogo IshiiLe pitch du film...

A Kyoto, XIIe siècle : quiconque tente de franchir le pont de Gojoe durant la nuit est systématiquement décapité par ce qui semble être des fantômes, jusqu’aux patrouilles dépêchées par les autorités, tout autant décimées. Ignorant les avertissements de son maître, Kenkei, un ancien guerrier légendaire aujourd'hui reconverti en moine pacifiste, s'est juré d'apprivoiser les démons de Gojoe. Il découvrira vite que ces prétendus fantômes sont en fait les trois derniers survivants d'un clan aux pouvoirs immenses, qui réclament le trône familial… L’affrontement est inéluctable.

 

Photothèque:

Gojoe le pont de l'enfer un film du réalisateur japonais Sogo Ishii

Gojoe le pont de l'enfer un film du réalisateur japonais Sogo Ishii

Gojoe le pont de l'enfer un film du réalisateur japonais Sogo Ishii

 Analyse:

Cinéaste méconnu en France, Sogo Ishii mérite pourtant le détour : réalisateur protéiforme et surdoué (il a démarré sa carrière à 19 ans), il sera ainsi passé de chef de file du mouvement cyberpunk underground japonais des années 80, avec par exemple Panique au lycée ou Burst City, transmettant une imagerie, une hargne et une folie qui influença fortement Shinya Tsukamoto (Tetsuo 1 & 2, Bullet Ballet ,…) ou Katsuhiro Otomo (Akira, Steamboy), à des films plus "soft", parfois même dans une veine plus métaphysique, comme August In The Winter, Angel Dust ou Master Of Shiatsu. Parallèlement à Gojoe, tourné en 2000, il revenait en parallèle à ses premiers amours punks avec le hors-normes Electric Dragon 80.000 V (2001), trip hallucinatoire où la folie règne au sein d’un univers en Noir & Blanc mêlé de métal, de chair et de sang.

Habitué désormais des films de sabre (Zatoïchi de Takeshi Kitano ou Tabou de Nagisa Hoshima), Tadanobu Asano excelle une fois de plus dans cet exercice où sa présence mystérieuse et froide s’impose comme une évidence. Une occasion supplémentaire de prouver qu’il est l’un des tout meilleurs acteurs japonais contemporains, aussi à l’aise dans cet emploi de samourai héroïque qu’entre rire et émotion chez Pen-ek Ratanaruang (Last Life In The Universe) ou que dans un registre plus existentiel, comme chez Kiyoshi Kurosawa (Jellyfish), Kore-eda (Maborosi, Distance) ou dans les tous récents The Taste Of Tea de Katsuhiro Ishii et Café Lumière de Hou Hsia Hsien.

 Crédits:

Réalisateur: Sogo Ishii ;

Acteurs : Tadanobu Asano...

Année: 2000;

Durée: 2h17

                                                                                                                                                                                                       ©