Cimetière de la Morale (Le)

 
    Vos rubriques
  ACCUEIL ART  
  PEINTURES & DESSINS  
LITTÉRATURE  
THÉÂTRE  
ARCHITECTURE  
POTERIE  
TSUBA  
MUSIQUE  
  CINÉMA  
  CALLIGRAPHIE  
  MATERIEL CALLIGRAPHIE  
  CÉRÉMONIE DU THÉ  
  JARDIN  
  IKEBANA  
  BONSAÏ  
  KoKEDAMA  
  Mode  
  ORIGAMI  
  KATAGAMI  
  kodo  
  LAQUE  
  GYOTAKU  
  Yukio mishima  
  SHOJI UEDA  
  YUTAKA TAKANASHI  
  Utagawa Hiroshige  
  SAMIRO YUNOKI  
  KATSUHIRO ÔTOMO  
   
    En savoir plus...
  ACCUEIL  
  PHOTOTHÈQUE  
  COURS DE JAPONAIS  
  LEXIQUE/ DICTIONNAIRE  
  LIENS  
  TÉLÉCHARGEMENT  
  NOUS ÉCRIRE ?  
 
 
     

Liens promotionnels

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source: dossier de presse Wild Side Vidéo.

 

Affiche du film Le Cimetière de la Morale du réalisateur japonais Kinji FukasakuLe pitch du film...

Au lendemain de la 2e Guerre Mondiale, la déchéance d’un jeune yakuza en rébellion totale contre la société qui l’entoure, jusqu’aux règles établies par ses supérieurs hiérarchiques…

 

 

 

Photothèque:

Film Le Cimetière de la Morale du réalisateur japonais Kinji Fukasaku

Film Le Cimetière de la Morale du réalisateur japonais Kinji Fukasaku

Film Le Cimetière de la Morale du réalisateur japonais Kinji Fukasaku

 Analyse:

Parmi tous les grands films de Kenji Fukusaku, Le Cimetière de la morale est un des plus étranges. La guerre des gangs n’est ici qu’une toile de fond au profit de la trajectoire d’un personnage solitaire et incontrôlable, le yakuza Ishikawa, incapable de s’intégrer � un clan.
A partir de ce canevas, Kenji Fukusaku met en scène un processus d’autodestruction radicale qui devient, � mesure que le film avance, une sorte de dérive tragique sur fond de drogue avec des flambées de violence incroyables. Le personnage Ishikawa reprend la figure assez traditionnelle et souvent anarchiste du yakuza errant, mais le style de Kenji Fukusaku s’éloigne radicalement de la stylisation chorégraphiée des films en costumes inspirés par le nô et le kabuki.
Au total, Le Cimetière de la morale est un des plus beaux films de Kenji Fukusaku, un des plus fous, un des plus tragiques et devient, dans sa dernière partie, une magnifique réflexion aux accents métaphysiques sur la vie, la mort, le destin, l’absurde…

 Crédits:

Réalisateur: Kinji Fukasaku ;

Acteurs : Tesuya Wataru, Tatsuo Umeiya, Eiji Go, Shingo Yamashiro ...

Année: 1975;

Durée: 1h33

                                                                                                                                                                                                       ©